Du mille-feuilles au Paris-Brest

Publié le par Yohann Abiven

Toutes les révolutions au fond conduisent à ramener à Paris le boulanger, la boulangère et le petit mitron. Mitron ? François Mitron, celui qui, avec une volonté deferre a inauguré la décentralisation dans la France, notre beau pays ? Non ! Juste un mitron, un petit boulanger. Car, les semaines passées, l’actualité politique s’est faite volontiers pâtissière et ce que l’on nous présentait jadis comme une tarte à la crème va cette fois faire l’objet d’une recette aux posologies élaborées. Il ne s’agit ni plus ni moins que de transformer en un coup de baguette législative magique un mille-feuilles en Paris-Brest. L’alchimiste en chef de l’opération tient ses brigades prêtes à l’action et à la promotion d’une administration territoriale raffermie, rabougrie disent ces cuisiniers qui empoisonnent l’opinion depuis tant d’années. La recette consiste à remplacer deux ingrédients, le département et la région, par un édulcorant réputé chasser la mauvaise graisse, sans par ailleurs passer les autres mets qui composent le menu à des productions de premier choix. Les 36000 et quelques communes demeureront tandis que les responsables de tous ces territoires de la République se demandent encore à quelle sauce ils vont être mangés par celui désigné en 2007 meilleur ouvrier de France.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article