La politique, une vraie jungle !

Publié le par Yohann Abiven

Calais est décidément le théâtre d’opérations policières spectaculaires, enfin d’opérations policières tout court puisque dorénavant, une opération policière s’effectue avec plusieurs cars de micros et de caméras. Les immigrés illégaux furent pour la deuxième fois l’objet de l’expression de l’autorité communicative de l’Etat. La jungle de Calais a été dispersée à la force des baïonnettes, les sans-papier encore plus sans domicile désormais… Point de ralliement de la misère du monde, la ville du Nord, et son tunnel, font office de dernière étape avant un eldorado qui pourtant n’en est pas un tant la Grande-Bretagne a renforcé la répression de l’immigration sauvage, y compris celle abritée par les demandes d’asile politique. Drôle de geste tout de même que cette éradication de la jungle de Calais parce qu’il fallait mettre hors d’état de nuire… ceux qui ont fait profession de passeurs ! De là à penser que la dispersion, la confusion entre coupables et victimes, visaient en réalité l’opinion… Enlever des abris de fortune, écarter de quelques kilomètres le bidonville, rassurer ainsi, s’il l’on on se dire, les bourgeois de Calais, est chose au fond aisée. On savait grâce au bon ministre Queuille qu’il n’était pas de problème qu’une absence de solution ne sût résoudre, son successeur Besson ajoute qu’il n’est pas de problème qu’un déménagement ne saurait arranger.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article