Yes !

Publié le par Yohann Abiven

Pour nous mettre un peu dans le ton, et à la hauteur, du débat politique de la semaine, nous devons dire que les Gaël, et les Gaëlle, mais pas les gosses qui n’ont pas encore le droit de vote, ont dit Yes, Yes, Yes, Yeeeeeesssssss au traité de Lisbonne et que les autrefois majoritaires du No ont la désagréable impression de s’être faits entuber profond, tandis que l’Union européenne jouit, elle, de la perspective d’une application rapide de l’accord qui réforme et démocratise son fonctionnement. En somme, avec le Traité de Lisbonne, ce sera un peu moins le bordel en Europe. Un peu, car ses disposition restent, somme toute, fort modestes et le document constitue, si nos amis tchèques et anglais y sont disposés, le plus grand dénominateur commun entre les nations européennes. Un grand dénominateur qui reste petit, sauf sans doute si l’Union réussit à placer un grand homme, ou une grande femme, à la tête de son conseil puisque, si tout va bien, il y aura bientôt une sorte de proto président de l’Europe. Car la fille d’Agenor a toujours bien besoin d’un ravalement de façade. Les parties communes se délitent et les appartements sont progressivement remplacés par des commerces. L’Europe épicière se dessine, au détriment du destin politique partagé. Le vote des roux fut au fond d’un cynisme outrancier, no quand on n’a pas besoin du tiroir-caisse continental, yes quand la trésorerie est dans le rouge. Voyez dans quel état j’Eire… En même temps, on ne fait le bien qu’à chaque fois qu’on y est obligé, c’est sûrement l’un des travers de l’imparfaite bête du bon Dieu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article